Retourner

Radio communautaire au Sénégal

En collaboration avec la Fondation pour l’Afrique de l’Ouest (FWA) et l’Union des Radios Associatives et Communautaires du Sénégal (URAC), Le Korsa a aidé l’arrondissement de Missirah à créer une station de radio communautaire dans le village de Gouloumbou, commune située entre Tambacounda et Kedougou.

La station, qui a ouverte en avril 2019, est le résultat de plus de quatre ans de travail. Elle est maintenant pleinement opérationnelle. De nombreuses associations locales, y compris le collectif de producteurs de bananes – le plus gros employeur de la région – font partie des membres, ce qui lui assure un large soutien. Ils paient une cotisation annuelle afin de maintenir son bon fonctionnement et d’assurer la programmation.

Madame Rougui Souare de Koar a été nommée responsable de la station et Monsieur Abdoulaye Kanté, originaire de Sinthian, est directeur des programmes. Ils ont suivi une formation dans une station à Ndiaganiaw, près de Thiès. Ensemble, la directrice et sa nouvelle équipe de six personnes, salariés et bénévoles, ont défini les détails relatifs à la programmation et au fonctionnement. Les reportages sont réalisés par des journalistes citoyens et portent sur les sujets les plus importants pour la communauté. Ils sont diffusés dans les différentes langues locales, notamment le bambara, le mandingue, le pulaar, le sérer et le wolof.

Une telle station permet aux populations locales de faire entendre leurs besoins, d’avoir accès à des informations justes, pertinentes et utiles pour leur vie quotidienne.

Contexte

FWA intervient dans d’autres régions de l’Afrique de l’Ouest, principalement au Libéria et en Sierra Leone. La fondation contribue à l’extension du réseau de stations dirigées par les communautés. Elle travaille avec les stations à différents niveaux, de la construction et / ou l’installation des pylônes radio, en passant par la formation des journalistes et la création de conseils d’administration chargés de développer les stations en fonction des besoins des utilisateurs et des communautés qui interviennent.

En avril 2015, Le Korsa et la FWA ont invité Awa Diouf (qui parle dans la vidéo ci-dessus) et Talla Dieng, représentantes de l’URAC, à se rendre à Tambacounda et ses villages environnants, où Le Korsa a déjà mis en place des centres médicaux, des écoles et un centre culturel. Le but était de déterminer si une station de radio profiterait à la région. Leur rapport a montré que la région, qui compte de nombreuses communautés rurales et isolées, mais également plus de 50 associations locales – dans les domaines de l’agriculture, de l’économie, des sports et des droits des femmes – bénéficierait très largement d’une station.

Awa et Talla ont interviewé 200 personnes âgées de 12 à 75 ans dans toute la région. Sur ces 200 personnes, 190 ont déclaré écouter régulièrement la radio, ce qui illustre bien la popularité du média – et son efficacité en tant que moyen de communication – parmi la population. Lorsqu’elles leur ont demandé quels sujets seraient les plus utiles pour une station de radio communautaire, 51% des personnes interrogées ont indiqué que les actualités liées à la vie des communautés étaient les sujets les plus importants. Les autres sujets d’intérêt sont la communication entre les parents et les proches qui vivent en dehors des communautés, l’information autour de l’emploi et les échanges culturels et d’informations entre les différentes communautés.

Awa et Talla ont également étudié trois sites distincts pour déterminer l’emplacement de la station de radio : Missirah, Sinthian et Gouloumbou. Les meilleurs sites étant ceux qui sont culturellement divers et économiquement viables. Sur la base de ces critères, elles ont déterminé que Gouloumbou était le meilleur endroit. Le village se trouve sur la route nationale et à proximité du village de Sinthian et de la ville de Tambacounda. Se situant également dans la zone de production de bananes de la région, la situation économique de ce territoire est relativement solide ; il dispose de plus d’un commissariat de police et sa population a récemment demandé à ce que Gouloumbou serve de futur siège administratif à une nouvelle commune de la région.